Documents

Découvrez AgritechTrade Premium Plus en images !

phoca thumb m accueil-premiumphoca thumb m accueil-tableau-blephoca thumb m accueil-tableaudebord-blephoca thumb m 15min-blephoca thumb m cotations-blephoca thumb m alerte-smsphoca thumb m header-article-premiumphoca thumb m commentairesphoca thumb m AT-avancephoca thumb m article-blephoca thumb m meteophoca thumb m synthese-ffcphoca thumb m panneau-cotationsphoca thumb m forumphoca thumb m news-breves

L'information est-elle objective en temps de crise ?

Écrit par AgriTechTrade

Crée le mardi 14 février 2017 13:50
Évaluer cet élément
(2 Votes)

La situation devient de plus en plus préoccupante, et il est temps d'ouvrir les yeux. Mais attention, car c'est un sujet délicat, et même de notre côté, on pourrait être taxé de "prédicateur" ou de "gourou" tant la période que nous vivons devient de plus en plus instable. Et pour cause, car on n'absorbe pas comme cela une crise financière et économique d'une telle violence comme il peut s'en produire une par siècle. Donc après celle de la Grande dépression des années 30, nous vivons celle de la Grande récession de la fin des années 2000 et de son prolongement. Donc traiter d'un pareil sujet peut être vu d'un mauvais œil, mais nous allons tout de même s'y essayer, car le voile se lève petit à petit sur les pratiques actuelles.

Mais avant de rentrer dans le vif du sujet, certains étant en droit de se demander à moins de 24 heures du second rapport mensuel de l'USDA de l'année 2017 ce que vient faire cet article dans la partie décryptage de l'information des commodités agricoles. Ce dont à quoi nous nous empressons de répondre, qu'à la base, nous scrutons habituellement le net et ses news, avec des sources qui nous paraissaient fiables auparavant et qu'avec les éléments qui sont portés actuellement à la connaissance de chacun au travers d'émissions spécialisées aussi bien sur les médias que sur la politique ou la géopolitique voire sur la sécurité et la cyber-sécurité, on en vient à se poser la question de l'objectivité de l'information en temps de crise.

Tout d'abord, nous définissons le temps de crise, par le fait que le taux de croissance du PIB des pays développés de cette planète soit inférieur à 2 % tout en sachant qu'en parallèle une débauche d'énergie a été ou est déployée par les banquiers centraux alors que les Etats se retrouvent avec des budgets en déficits et des dettes qui atteignent ou dépassent les 100 % de la richesse produite sur un an. On citera le PIB des Etats-Unis qui n'est que de 1,6 % en 2016 en ayant introduit dans le calcul l'argent de la drogue et la prostitution, de 1,1 % pour la France, de - 0,1 % pour la Russie, etc ... sans parler des pays vivant des ressources des matières premières en récession ou en quasi faillite pour certains.

De fait, il n'est pas la peine d'esquisser le moindre dessin pour que chacun puisse comprendre qu'en pareille circonstance, c'est du chacun pour soi sur le plan économique et que l'information doit être maîtrisée pour permettre de développer les affaires à son propre profit afin d'essayer de sauver les apparences. Nous pourrions même préciser ici, que le Japon, la troisième puissance économique mondiale est entré en déflation sur l'année 2016 avec un taux de 0,3 %, une première depuis 2012.

Donc, lorsque l'on cherche de l'information sur Internet, outil qui aujourd'hui permet à chacun d'accéder à de l'information, le plus souvent de manière libre (la nature ayant horreur du vide), il ne faut pas se tromper de combat, surtout en tant de guerre économique, et de bien prendre en compte que l'information qui nous tombe sous la main après une requête simple ou même un peu plus élaborée (plusieurs mots clés bien choisis), cette information est rédigée bien souvent par des journalistes qui sont rémunérés par l'entreprise qui les emplois et dont les fonds peuvent venir pour partie de la vente de leurs services (bien souvent des abonnements), de possible subventions et surtout des capitaux trouvés par les dirigeants.

C'est là que ce met en place une ligne éditorialiste, et même si le fait est de donner une information qui peut sembler anodine au premier abord, il n'en est pas moins, que cette information a bien souvent un but caché, dont l'objectivité ne peut être que partiel voire parfois absente. Car dire la vérité, rien que la vérité, demande un travail de fourmis, et une débauche d'énergie incroyable, alors qu'à l'heure de l'Internet et des réseaux sociaux, c'est la bataille de l'information à qui sortira le premier l'information que n'aura pas eu le temps de rédiger son concurrent, et qui fera le scoop ou le buzz.

Et quoi de mieux de mettre en musique tout cela, surtout lorsque l'on est un pays où la transparence n'est pas ce qui se fait de mieux. D'ailleurs, le profane n'y verra que du feu, et bien au contraire, il croira détenir une information de première main, ou plus exactement une information de valeur, car peu relayée par les médias officiels. Et c'est là que pour les matières premières, où pour obtenir de l'information de première main, chacun sera tenté d'aller sur des sites d'information qui traitent de l'actualité sur des pays comme la Russie (avec Sputnik et Russia Today) ou la Chine (Chine nouvelle = Xinhua). Mais la question qu'il faudra se poser : est-ce que là aussi cette information est objective ? Et viendra naturellement la question de savoir : ne suis-je pas manipulé à l'insu de mon plein gré ?


Un abonnement gratuit est nécessaire pour pouvoir lire les commentaires ou pour pouvoir rédiger un commentaire. Cliquez ici pour en savoir plus Abonnement Gratuit