Documents

Découvrez AgritechTrade Premium Plus en images !

phoca thumb m accueil-premiumphoca thumb m accueil-tableau-blephoca thumb m accueil-tableaudebord-blephoca thumb m 15min-blephoca thumb m cotations-blephoca thumb m alerte-smsphoca thumb m header-article-premiumphoca thumb m commentairesphoca thumb m AT-avancephoca thumb m article-blephoca thumb m meteophoca thumb m synthese-ffcphoca thumb m panneau-cotationsphoca thumb m forumphoca thumb m news-breves

Economie : en attendant qu'il se passe enfin quelque chose

Écrit par AgriTechTrade

Crée le mardi 4 avril 2017 17:25
Évaluer cet élément
(5 Votes)

Comme nous l'avions indiqué en début d'année 2017, après avoir indiqué les périodes clefs précédentes de 2014 à 2016, c'est-à-dire sur une durée de 36 mois, depuis le début de l'année nous sommes sans voix et pour cause. Tous les stades ont été respectés à la lettre par la Fed, avec les impacts que l'on sait sur les cours des matières premières, mais maintenant qu'il faut passer aux choses sérieuses près de 10 ans après le début de la crise, voilà que cela coince. Alors, que font les marchés, ils patientent et cela en devient ennuyeux.

Pourquoi ?

Pour la simple et bonne raison, que si l'on a bien suivi tout le film que l'on nous a vendu, c'est maintenant l'heure de tester la robustesse de la reprise économique et de laisser derrière nous la période de la crise, mais cette fois-ci sans filet. Ah oui, car les matelas de milliers de milliards de dollars qui ont servi à faire tenir l'économie après le choc de la crise des "subprimes" (environ 4 000 Mds $) doivent laisser place à l'économie réelle, c'est-à-dire que maintenant on doit retirer les béquilles du blessé, et que ce dernier doit maintenant avancer seul.

Et c'est là que la chose se complique ! Car le cours du pétrole qui était revenu à 53/55 $ le baril, a renchéri les coûts de production par rapport à un prix du baril inférieur à 45 $. Les cours des métaux qui s'étaient emballés sur la seconde partie de l'année 2016, notamment après l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, avec dans le viseur le plan d'investissement à 1 000 milliards de dollars pour les grands travaux, et qui ont atteint un point haut à la mi-Février 2017 comme pour le cours du cuivre à 6150 $ la tonne pour entamer une consolidation ensuite (rebond tout début Mars), sont montés trop vite et pas la croissance. Et il est très intéressant en ce début d'année 2017, où l'inflation doit faire son grand retour, et doit être la pierre angulaire maintenant pour driver la hausse des taux d'intérêt aux Etats-Unis par la Fed, alors que le taux de chômage du pays est inférieur à 5 % et que les créations d'emplois mensuelles sont sur un rythme soutenu à plus de 200 000 avec une hausse de salaire à 2 % en rythme annualisé, de constater que le cours du wheat à Chicago a fait un plus haut à mi-Février comme pour le cours du cuivre, avant de faire le chemin inverse.

 Graphe du cours du Cuivre au 4/04/17   Graphe du cours du Wheat au 4/04/17 
Cours du Cuivre 4 04 2017 Cours du Wheat 4 04 2017

Et le lecteur pourra trouver encore plus troublant à la lecture du graphe ci-dessous qui représente l'estimation de la croissance américaine du 1er trimestre 2017 via le modèle mathématique de la Fed d'Atlanta, qui est un modèle dynamique, faisant passer l'estimation de 2,5 % à minima à début Février à seulement 0,8 % à partir du 6 Mars 2017 en rythme annualisé, soit un tout petit 0,2 point de croissance sur le T1. 

 Estimation du PIB du T1 2017 aux USA   Graphe du Pétrole WTI le 4/04/17 
GDP Fed Atlanta Q1 2017 CRUDE OIL-04Apr2017-18h30

Soit une absence de croissance aux Etats-Unis, malgré le fait que dans les discours officiels, les statistiques font état d'un taux de chômage à seulement 4,7 % pour le mois de Février (4,8 % sur le mois précédent). Il y a tout de même des similitudes bien étranges entre d'un côté le cours du blé à Chicago qui normalement dépend de l'offre et de la demande ainsi que du différentiel via le niveau de stock, le cours du cuivre qui lui aussi est censé répondre aux mêmes critères, et ce graphe de l'estimation du taux de croissance pour le 1er trimestre 2017 pour la première économie au monde.

Un élément est incontestable, c'est le fait que les cours de nos matières premières ci-dessus ont décroché tous en même temps, soit à compter du 6/7 Mars 2017, juste après que l'indice de la Fed d'Atlanta est fait un sérieux plongeon à compter de tout début Mars.

Y aurait-il une relation de cause à effet ?

Si en plus, on y rajoute le fait que la Fed était attendue pour sa réunion du FOMC du 14/15 Mars, et au finale sa prise de décision de relever le taux d'intérêt de 25 points de base plutôt qu'attendu; on a de quoi se poser des questions sur la fameuse loi de l'offre et de la demande concernant la réaction des cours des matières premières. Et on aurait plutôt tendance à intégrer comme premier paramètre pour suivre l'évolution des cours des matières premières, celui de la croissance économique au niveau du contexte financier où le marché a lui seul raison dans ses prises de décision.

Faut-il en conclure que cette année 2017 va être salutaire pour les cours des matières premières dans leur ensemble ? Si et seulement si la croissance de la première économie au monde se met à croître sur la base du programme du 45ème président des Etats-Unis; en l'occurrence avec la loi fiscale faisant baisser le taux d'imposition de 35 à 20 voire 15 % et le plan d'investissement à 1 000 milliards de dollars dans les grands travaux d'infrastructures.

A ne pas en douter, nous pouvons déjà répondre que oui, mais pour le moment les marchés patientent en attendant le feu vert, comme l'inflation qui patiente, ainsi que les cours des matières premières agricoles, dont l'année 2017 pourrait bien faire un clin d'oeil à l'année 2007, toute proportion gardée. L'année 2016 a vu une croissance de seulement 1,6 % aux Etats-Unis contre 2,2 % attendu. Et cette année, la Fed attend à minima 2 % de croissance; alors pourquoi pas ... mais en attendant il ne se passe pas grand chose sur les marchés.

 

Dernière modification le mardi 4 avril 2017 20:19

Un abonnement gratuit est nécessaire pour pouvoir lire les commentaires ou pour pouvoir rédiger un commentaire. Cliquez ici pour en savoir plus Abonnement Gratuit