Le coronavirus, est-ce le grain de sable qui va faire chuter les marchés ?

Après des mois de hausse de l'ensemble des marchés, du fait d'un espoir d'accord commercial entre la Chine et les Etats-Unis, qui a été annoncé mi-octobre 2019, obtenu mi-décembre 2019 et concrétisé (signature) mi-janvier 2020, voilà que la machine semble s'enrayer de nouveau, avec la chute des marchés (MPA comprises), provenant d'un possible grain de sable avec le développement du coronavirus, alors que l'économie en Chine est dans une phase de ralentissement.

Mais en finance, le problème est que lorsque l'évidence se fait jour, en l'occurrence ici l'aspect inquiétant du coronavirus, alors que celui-ci est indiqué depuis déjà quelques jours, il faut déjà regarder ailleurs. 

Mais avant d'aborder le sujet qui fâche, arrêtons nous une minute sur l'importance de la Chine en 2020, alors qu'en 2003, lors de la période du SRAS, déjà le même type de virus, l'économie chinoise ne représentait que 8,7 % du PIB mondial, alors que 16 ans plus tard, ce pays représente maintenant près de 20 % du PIB de l'économie mondial. C'est donc un changement majeur, et donc lorsque la Chine éternue, le monde s'enrhume !

Bon, d'accord, c'est que l'on disait auparavant avec les Etats-Unis sur le plan économique. Et cela peut expliquer le bras de fer qui a été décrété par le président des Etats-Unis début d'année 2018, pour essayer de reprendre la main par rapport à la forte poussée économique de la Chine depuis début des années 2000.

Et si l'on fait un focus sur le plan de la consommation chinoise, cette dernière à elle seule occupe un poids bien plus important dans l'économie qu'il y a 16 ans, comptant pour 57 % de la croissance du PIB.

On rappellera ici, que le virus affecte actuellement la production industrielle de la grande ville de Wuhan (18 millions d'habitants) et aussi dans le reste du pays. Ce dont la Chine se serait bien passée, après une année 2019 où la croissance économique (6 %) aura été la plus faible depuis près de 2 décennies. Donc en plein ralentissement économique, vivre un épisode tel que l'épidémie causée par le coronavirus ne peut qu'inquiéter les marchés quels qu'ils soient.

Mais tout ceci, est ce que les médias veulent bien mettre en avant, et relayer ensuite auprès du grand public (la masse), ce qui devient une explication toute trouvée à la situation actuelle.

Analyse technique cours du Pétrole ce 27 01 2020

Par contre, nous sommes début d'année 2020, année charnière sur le plan de la macroéconomie dans un paysage de plus en plus en tension, suite aux déclarations de guerre commerciale des Etats-Unis vis-à-vis des puissances économiques comme l'UE ou la Chine pour ne citer que les plus importantes, alors que dans le même temps, la Chine avance dans le développement de la nouvelle route de la soie. En clair, nous vivons actuellement un bouleversement majeur sur le plan de l'approvisionnement des matières premières, à commencer par les matières premières agricoles et énergétiques.

De fait, en cette année d'élection présidentielle aux Etats-Unis (3/11/20), la politique monétaire de la banque centrale (Fed) va avoir toute son importance. Et les deux séances de baisse des indices boursiers américains, interviennent à la veille de la première réunion de politique monétaire de la Fed (FOMC), où même s'il n'est pas attendu de grand bouleversement ce mercredi soir lors de la conclusion de cette rencontre, c'est la trajectoire à venir de cette politique qui va être scrutée par le monde de la finance, après déjà 3 baisses de taux en 2019, alors qu'à la base nous devions avoir encore une à deux hausses de taux d'intérêt.

Donc, serait-ce un nouveau coup de pression des marchés sur la Fed, pour faire en sorte que le jeu de Monopoly puisse perdurer sur les marchés boursiers, en cette année des présidentielles américaines, bien souvent synonyme d'année de stagnation ou de baisse des Bourses.

Nous allons être vite fixés au regard des modèles mathématiques quantitatifs, qui pour l'heure ne présentent pas d'indication de panique, mais laissent présager une situation toujours sous contrôle. Affaire à suivre...

Ci-dessous, graphique du bilan de la Fed suite à son soutien énergique à partir de mi-Septembre 2019 (attentats iraniens sur les installations pétrolières en Arabie saoudite) :

Bilan de la Fed au 21 01 2020

 

Cela peut vous intéresser :


1 Commentaires

Vous devez être connecté pour lire ou écrire un commentaire

Connexion

Pas de compte ?

Découvrez gratuitement les services PRO pendant 15 jours.

Tester

Devenez un AgriTechNaute et accéder à pleins d'avantages, c'est gratuit

S'inscrire

News

Baisse

20 février 2020 17:44

Selon les statistiques hebdomadaires, la production américaine d'éthanol est ressortie à 1 040 000 barils par jour sur l...

Hausse

20 février 2020 17:41

Les stocks hebdomadaires de pétrole brut US sont ressortis en hausse de 0,4 Mb (total de 442,9 Mb), par rapport à une ha...

Stable

17 février 2020 18:02

Sur le plan de l'import, l'UE a indiqué le cumul pour la semaine dernière : 133 000 tonnes de flux physiques pour le maï...

Baisse

17 février 2020 17:58

Sur le plan de l'export, l'UE a indiqué le cumul pour la semaine dernière : 67 000 tonnes de flux physiques pour le blé ...

Baisse

12 février 2020 17:11

Selon les statistiques hebdomadaires, la production américaine d'éthanol est ressortie à 1 033 000 barils par jour sur l...