Les taux d'intérêt réels en avance sur la Fed, et leurs répercussions sur les MPA

Des années à attendre le retour de l'inflation, et voilà que depuis la mi-décembre 2017 (dernière hausse de taux par la Fed aux USA), les taux obligataires à 2 comme à 10 ans progressent de façon sérieuse; cela ayant à terme un impact notoire sur la valorisation des actifs tangibles comme les cours des matières premières agricoles. Alors, un durcissement de ton de la Fed ce 31 janvier 2018 à 20h00 dans son communiqué !

Voilà, nous y sommes, après une décennie passée à suivre les marchés agricoles, Janvier 2008 - Janvier 2018, et à construire tous les outils d'AgriTechTrade, nous pouvons maintenant troquer notre tablier, et passer de l'information à l'accompagnement des producteurs. Le tournant de l'Histoire pouvant débuté à compter de ce soir, soit le 31/01/2018.

Pour rappel, la FFC a vendu 50 % de sa production restante début Février 2008, soit à un prix net de l'ordre de 270 €/t pour son blé. Lors du grain de sable de début Février 2011, elle a soldé sa R2010 sur un prix net de l'ordre de 260 €/t toujours pour son blé. Ensuite, l'Histoire n'a pas été de tout repos et c'est même une situation de crise mondiale pour l’agriculture qui prévaut, alors que l’inflation a disparu des radars.

Mais comme rien n’est jamais figé dans le marbre, la preuve en début d’année 2017, le consensus du marché indiquait un retour d’ici à l’été 2017 de la parité pour l’euro dollar et même en fin d’année un possible 0,95 € pour 1 dollar ; c’est tout le contraire qui s’est produit avec les 1,20.

Et on pourrait bien vivre la même chose cette année pour l’inflation, alors que le consensus de marché ne voit pas le retour de l’inflation avant fin d’année 2018 voire été 2019 ; il y a fort à parier avec la hausse des taux d’intérêt réels et le réveil des cours des matières premières agricoles dans la foulée, que le consensus du marché soit totalement remis en cause, et que l’inflation fasse son grand retour en 2018.

Alors, on aurait pu admettre, en étant naïf, que la sécheresse du mois de Juin 2017 sur le blé de printemps aux Etats-Unis (l’Etat du Dakota du Nord, du Dakota du Sud et du Minnesota), représentant moins de 10 Mt sur un total mondial de blé de 750 Mt, que cela ait pu expliquer la hausse fulgurante des cours des céréales à la mi-Juin, soit exactement au lendemain de la seconde hausse de taux d’intérêt américain par la Fed avec son ton offensif sur sa future politique monétaire.

Mais là, en hiver, parler de sécheresse pour expliquer la hausse des cours du blé à l’approche d’un changement majeur, toujours au niveau de la politique monétaire avec le changement de présidence, et d’une hausse réelle des taux obligataires, avec le 10 ans américain sur les 2,70 %, et surtout le 2 ans qui revient sur ces niveau d’il y a 10 ans, accélérant fortement depuis un mois, c’est tout de même pousser le bouchon un peu loin. D’autant que ce manque de précipitation en hiver, là où les plantes sont en repos végétatif, n’est en rien inquiétant, si par la suite, les plantes viennent à recevoir de l’eau lors des phases importantes de développement. Et c’est exactement ce qui s’est produit l’an dernier en Europe.

Donc, pour redevenir sérieux, c’est la fin d’une période, celle où l’inflation n’existait plus, car la Grande Récession (2008/2009) était passée par là, et que les dégâts étaient colossaux, simplement masqués au prix d’un endettement incroyable de la sphère publique, alors que la sphère privée essayait de se désendetter. Et peine perdue, car sans hausse de salaire, mais avec un soutien inconditionnel des banquiers centraux via la planche à billets, la base n’aura pas profité de l’embellie, alors que la partie haute aura profité à plein de la hausse ininterrompue des indices boursiers, et donc de valorisation des actifs des valeurs mobilières et immobilières sur les dernières années.

Par contre, il y avait une classe d’actif qui devait payer l’addition, et cette classe d’actif aura été celle des matières premières qui aura été sacrifiée. Et cela aura été la double peine, puisqu’à partir du moment où les prix des actifs tangibles devaient être valorisés à la baisse et dans le même temps où les taux avaient fortement baissé, les producteurs pour combler ce manque de revenu par le prix, auront déployé d’importantes ressources pour produire plus, et la quantité supplémentaire arrivée sur les marchés aura fait le reste du travail, mettant à genoux les producteurs.

Le repositionnement des cours des matières premières ayant eu lieu à partir du printemps 2016 pour le pétrole et les huiles (soja, colza, etc … avec un coup d’arrêt dû au Brexit), de la fin de l’été 2016 pour les métaux, avec une embellie sur la seconde partie de l’année 2017.

Reste maintenant, 10 ans après avoir débuté son cycle baisser, aux cours des matières premières agricoles à elles aussi inverser la courbe, et reprendre un peu de hauteur à partir du printemps 2018 (ah, ce fameux mois de Février), dans un tempo de retour de l’inflation corrélée avec une hausse des taux obligataires et un changement de cap de l’euro en franchissant les 1,25 pour 1 dollar.

A la Fed de sonner le clairon, pour lâcher enfin les chevaux, qui vont réapprendre petit à petit à trotter avant d’être en mesure de galoper. Et si en prime, un incident climatique venait à surgir en 2018, ce serait l’Amérique … car la robustesse des données des fichiers Excel de l’USDA pourrait bien être mise à rude épreuve après un tel contrôle de la situation.

Analyse technique de l'Euro UT Hebdo 31 01 18
Analyse technique de l'Euro UT Hebdo 31 01 18

 

Analyse technique du Wheat UT Hebdo le 31 01 18
Analyse technique du Wheat UT Hebdo le 31 01 18

 

 

Cela peut vous intéresser :


6 Commentaires

Vous devez être connecté pour lire ou écrire un commentaire

Connexion

Pas de compte ?

Découvrez gratuitement les services PRO pendant 2 mois.

Tester

Devenez un AgriTechNaute et accéder à pleins d'avantages, c'est gratuit

S'inscrire

News

Hausse

15 février 2018 20:10

La Russie va exporter entre 45 et 47 Mt de céréales sur la campagne 2017/2018 selon le vice ministre de l'Agriculture en...

Stable

15 février 2018 19:58

L'Argentine voit ses exportations de blé en forte hausse vers l'Algérie, passant de 0,15 à 0,86 Mt sur les 6 premiers mo...

Hausse

9 février 2018 20:04

La sécheresse continue de s'intensifier dans la moitié Sud des plaines américaines. Depuis le mois de Novembre 2017, seu...

Baisse

9 février 2018 17:41

Sur le plan de l'export, l'UE a indiqué le cumul pour la semaine dernière : 157 800 tonnes de flux physiques pour le blé...

Baisse

5 février 2018 18:36

Selon StatCan, les stocks de blé canadien au 31/12/17 ont atteint un niveau de 23,6 Mt, soit en baisse de 2,2 % sur un a...